Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
TERRITOIRES-EN-PAYSAGE.overblog.com

Albine VILLEGER, cogitation, inspiration, agitations scripturales et lignes horizontales de mots sans ego. Prédilections : Les territoires ont un langage, le paysage - Dans un monde de communication et d'image, quelle place pour le le silence en politique ?

L'agriculture urbaine : gadget végétal pour bobos verts ou contribution à l'alimentation des villes ? Et si on pensait à l'attractivité des territoires, tout simplement ...

Publié le 20 Août 2012 par TerritoiresEnPaysage

Détroit, New-York, Montréal ... L'innovation agricole dans les villes vient de l'Amérique alors même que notre vieille Europe a fondé son existence partagée pour construire un destin commun sur une politique commune consistant à assurer notre autonomie alimentaire. Détroit, New-York Montréal : le trio ne fonde pas ses démarches sur des bases similaires. Aux esprits chagrins qui imaginent que l'agriculture urbaine trouve preneur à Détroit par défaut d'activité économique et par désespoir des habitants appauvris de trouver pitance " normalement ", un financier américain qui a investi sur place pour une ferme géante bio - à la démesure outre-atlantique - répond par la négative de l'efficacité économique.
La première des libertés, c'est celle de se nourrir.
Quelques pistes ici et là : des débats et un rôle accru pour les jardins partagés à Paris ; des arbres fruitiers dans les rues de Caen ; une volonté de produire et de consommer au plus près des moins favorisés à Sevran ; un tiers des espaces verts de Brest consacré aux jardins partagés ; enfin, last but not leaast, à Todmorden - ancienne ville industrielle du Nord de l'Angleterre - la plus-value potagère a induit des impacts vertueux au-delà de la sécurité alimentaire : la gratuité des fruits et légumes, loin de déclencher des abus ou des pillages, a retissé le lien social et permis à la délinquance et à la criminalité de baisser dans des proportions non négligeables.
Sécurité alimentaire, sécurité tout court, tout comme les circuits d'approvisionnement pour inventer une nouvelle relation entre les agriculteurs e les consommateurs dans les territoires franciliens où la vision nostalgique de la ceinture du maraîchage ne saurait occulter les réelles perspectives enthousiasmantes de voir le paysage végétal envahir l'espace minéral de nos cités sous une forme comestible et sociale.
A l'heure où le marketing territorial investit l'aménagement urbain - et réciproquement - une réflexion sur les attractivités innovantes à dédier aux populations, à toutes les populations, pour une qualité de vie renforcée et un pouvoir d'achat conforté peut imaginer le meilleur à venir de l'agriculture urbaine.
Et, partant, un classement en image bénéfique pour les villes la pratiquant ?

A suivre ...

L'agriculture urbaine : gadget végétal pour bobos verts ou contribution à l'alimentation des villes ? Et si on pensait à l'attractivité des territoires, tout simplement ...
Commenter cet article